Anatomie d’un buzz

Samedi 17 avril 2010, M6 révèle que plusieurs joueurs de l’équipe de France de football ont été entendus comme témoins dans le cadre d’une enquête sur une affaire de proxénétisme impliquant une mineure. L’information est confirmée le lendemain “de source judiciaire”.

Pendant les deux jours qui suivent, plusieurs noms vont circuler, dans les médias puis sur internet : ceux des footballeurs en question, puis celui du proxénète présumé. Il s’avère que ce dernier n’est pas un inconnu complet : Abou Sofiane M. a été un candidat malheureux a une émission de télé-réalité.

Dans la journée du 20 avril, plusieurs personnes commencent à exhumer diverses vidéos le montrant en compagnie de célébrités, et à poster les liens sur divers réseaux sociaux, ainsi que sur twitter. Ces vidéos sont rapidement retirées de Dailymotion ou Vimeo1 .

Le 21 avril, le prénom de la jeune prostituée est révélé : elle s’appelle Zahia. Très peu de temps après, on peut lire le tweet suivant sur le compte de Vincent Glad, journaliste à Slate.fr (qui compte plusieurs milliers de followers) :

Le profil Facebook de Zahia est insuffisamment protégé, et n’importe quel membre de Facebook peut donc voir ses photos. Rapidement, ces photos sont téléchargées et hébergées ailleurs, puis mises à disposition sur twitter2 :

Le montage

Moins de quarante minutes plus tard, Woumpah, un autre membre de twitter (graphiste, 1500 followers environ) poste le message suivant :

Voici la photo en question :

C’est un montage assez grossier (techniquement), avant tout destiné à faire rire.

Une demi-heure plus tard, pour le posteur, l’affaire est close – on peut passer à autre chose3 :

Deux heures plus tard, pourtant, un premier rebondissement : Zataz, site d’actualités spécialisé dans la sécurité informatique, reprend le montage montrant Frank Ribéry et Zahia D., en le présentant comme une vraie photo :

L’erreur est vite corrigée, mais quelqu’un a déjà eu le temps de faire des captures d’écran :

Les journalistes s’en mêlent

Avec un différé de quelques heures, les médias professionnels commencent à prendre note d’une ‘affaire’, qui n’implique pour l’instant que quelques personnes, un blog et un mauvais montage photo :

Le 22 avril, une phase de backlash commence :

En effet, on peut lire sur twitter et sur divers blogs des messages dénonçants les personnes ayant mis à disposition les photos de Zahia. Les responsables s’excusent à demi-mots, suppriment des tweets particulièrement injurieux, etc. Parallèlement, le montage montrant Ribéry et Zahia D. continue son chemin jusque dans la presse papier :

Il est également repris sur plusieurs sites d’actualités ‘people’ :

A ce stade, il semble que les sites qui reprennent le montage photo n’ont plus la moindre idée de sa provenance, et se moquent de son authenticité4 . Ils évoquent parfois la possibilité d’une falsification (“La photo est-elle authentique ?”), mais plutôt pour se prémunir contre d’éventuelles accusations.

Le buzz a alors entièrement quitté twitter pour rejoindre le circuit classique de l’information. Sur twitter, il ne reste plus qu’à faire un dernier commentaire avant de passer à autre chose :

Conclusion

L’histoire de ce montage est parfaitement représentative de la circulation des buzz sur les réseaux francophones. Si les acteurs changent d’un buzz à l’autre, les schémas demeurent.

Cette étape correspond à la partie située tout en haut du célèbre diagramme de Hantz-Patterson5 :

L’exemple en lui-même est anecdotique, mais il permet néanmoins de constater un certain nombre de traits saillants :

  • les participants ont un regard critique sur leur propre action, même s’ils ne sont pas toujours pleinement conscients de leur influence (ou la refusent). On ne peut donc pas se fier à leur vision pour déterminer qui est influent et qui ne l’est pas.
  • sur les réseaux où l’information circule à grande vitesse (twitter, messageries instantanées, etc.), l’information a un cycle de vie similaire à celui des médias plus traditionnels – scoop, accélération / précipitation, ralentissement, remise en cause de la réaction de départ et promesse de ne plus s’emballer pour rien.
  • Ce cycle de vie est parallèle au cycle traditionnel, car son rythme est tellement plus rapide que la seule interaction possible est le moment où le buzz quitte twitter pour entrer dans la médiasphère.
  1. On peut supposer que cette réactivité et cette combativité ont contribué à pousser les internautes à aller fouiller toujours plus loin. C’est « l’effet Streisand« . []
  2. Je ne suis pas parvenu à retrouver les tweets d’origine pointant vers les photos de Zahia, ils ont sans doute été supprimés entre temps. []
  3. ‘‘Amandine du 38’’ est une adolescente qui poste sur Youtube des clips de hip-hop autoproduits particulièrement désastreux. David Bivas, quant à lui, s’est ridiculisé en improvisant un rap devant une caméra de télévision, tandis qu’il faisait la queue pour un concert de Snoop Dog. []
  4. Il est probable qu’entre temps, le montage a commencé à circuler par mail et par messagerie instantanée, c’est-à-dire dans des cadres où pratiquement personne ne se soucie de créditer la source d’origine, ni d’avoir un regard critique. []
  5. Ce diagramme a été créé uniquement à partir d’observations empiriques, et sa forme est avant tout destinée à moquer les spécialistes de la communication sur internet – du buzz, justement -, grands amateurs de diagrammes.
    Malgré tout, c’est la représentation la plus lumineuse que je connaisse des mécanismes de la circulation de l’information sur internet. []