L’éternel retour du meme

Au début du mois de décembre, la section /r/atheism de reddit lançait sa semaine d’action caritative annuelle : ses membres étaient encouragés à faire un don au profit de Médecins sans frontières.

Hit me.

Aux Etats-Unis, les athés sont souvent taxés d’égoïsme, notamment dans les Etats où le christianisme est prédominant. Pour les membres de /r/atheism, cette action caritative représentait donc aussi un moyen de démontrer qu’on peut être généreux tout en étant incroyant1. En 2010, une opération similaire avait permis de rassembler plus de 50 000$, et les organisateurs espéraient naturellement faire mieux encore cette année.

Le 04 décembre, un redditeur connu sous le nom de skeptix poste le message suivant :

Hit me.
Hurt me good r/atheism, $.50 to Doctors Without Borders for every upvote.

Pour chaque ‘upvote’ (clic signifiant l’approbation d’un autre redditeur) que recevra son message, skeptix s’engage à verser 50 cents à MSF, dans la limite de 500$.

La limite fixée par skeptix est atteinte 33 minutes après la publication du message. L’approbation des autres redditeurs ne s’arrête pas là : ils continuent à upvoter le message2, et nombreux sont ceux qui décident de l’imiter. Dans les heures qui suivent, un grand nombre d’autres membres prennent le train en marche, promettant eux aussi de donner un montant X multiplié par le nombre d’upvotes qu’ils recevront. Au bout de quelques heures, la front page de reddit ressemblait à ça :


« 04/12/11: The day Reddit went full retard »3

La succession en une de reddit de messages calqués sur celui de skeptix fait grincer quelques dents. Le premier message paraissait spontané, malin, sincère. Les suivants sont jugés suivistes et racoleurs.

Karma Whoring

Dans une communauté aussi marquée par les questions éthiques que /r/atheism, il était inévitable que la question des fondements moraux d’une telle démarche finisse par se poser. Les interrogations des redditeurs sont bien résumés par ce post de Notch :


« I already donated $(8,615.36/) per upvote! »

En parallèle, à mesure que le phénomène prend de l’ampleur, la méta-machine analytique de reddit se met en marche. L’effet d’accumulation produit un sentiment de ridicule, et les commentaires, majoritairement bienveillants sur le post originel, dérivent rapidement vers des questions d’opportunité ou non de reproduire la démarche d’origine, puis de mise en doute de la sincérité de cette démarche.

A la fin du week-end, le phénomène sera finalement victime de son succès, plutôt que de ses adversaires. En effet, la mobilisation est telle qu’au bout d’un moment, les administrateurs de reddit doivent demander à leurs utilisateurs de choisir d’autres modes d’action : l’infrastructure du site entier menace de s’écrouler sous l’effet de la générosité ostentatoire des membres de /r/atheism.


« The traffic from r/atheism’s upvote donation posts is overloading reddit and degrading overall site performance. Please refrain from posting any more upvote donation threads. »

A l’heure où je mets en ligne ce billet, l’opération aura permis de récolter plus de 195 000 dollars pour MSF.

*

Cette histoire est caractéristique du fonctionnement actuel de reddit, et je voudrais profiter de l’occasion pour discuter de certains des phénomènes les plus intéressants qu’elle met en lumière : la valeur paradoxale accordée à la nouveauté, l’importance cruciale de la composition de la front page, et mystère des mystères, le karma.

1. Karma

Un bref rappel : à la base, reddit est un agrégateur thématique de liens. Tous les liens qui y sont postés sont scorés et modérés par les utilisateurs eux-mêmes, au travers d’un système de vote par clic. Chaque lien soumis aux autres redditeurs peut recevoir votes positifs (upvotes) ou négatifs (downvotes). Il en va de même pour les commentaires laissés en réponse aux liens. Le score ainsi obtenu par les liens et les commentaires va déterminer leur position sur la page : schématiquement4, le message ayant reçu le plus d’upvotes se trouvera en haut de la page.

En plus de leur utilité immédiate (ordonner les pages), les scores obtenus par chaque lien et chaque commentaire d’un utilisateur sont agrégés sur son profil : ce chiffre, c’est son « karma ».


« Karma as a Social Interaction Design Pattern in Websites »

Le karma n’a pas de conséquence mesurable. Il est uniquement matérialisé par un chiffre situé en haut de l’écran. Un karma élevé ne donne pas accès à de nouvelles fonctionnalités, et il n’est pas utilisé pour pondérer les votes de l’utilisateur, ou que sais-je. Le karma n’est même pas réellement source de prestige : un redditeur ne voit pas le karma des autres s’il ne se donne pas la peine d’aller le chercher.


« The reddit faq »

Et pourtant, ce maudit karma revient toujours dans les discussions, comme le motif ultime de l’activité des redditeurs sur le site. Un commentaire consensuel, laissé dans le but d’exprimer le sentiment général, sera accusé de ‘karma-whoring’5. A l’inverse, un redditeur qui voudra justifier un post racoleur ou peu original se défendra souvent en rappelant que les posts textuels (self posts) ne rapportent pas de karma — « Vous voyez », dira-t-il en substance, « je n’en tire même pas de karma. Je suis désintéressé. »

Parallèlement, à l’échelle de la collectivité, reddit est marqué par une conscience de soi exacerbée et une forte culture de l’auto-analyse, caractéristique des médias en développement. On sait que les journalistes n’aiment rien tant que parler de la presse, que la télévision regarde la télévision, etc. Même chose ici, mais le phénomène est d’autant plus sensible que l’analyse peut s’appuyer sur des données. Sur reddit, tout est chiffré, scoré, mesuré, et la partie émergée de l’iceberg est, là encore, le karma.

Régulièrement, la question se pose par exemple de savoir quel est le commentaire ayant reçu le plus d’upvotes depuis la création de reddit6. Dans ce contexte, la valeur du karma est différente. Le score ne prend plus son sens par rapport au karma du redditeur, mais par rapport aux autres posts.

Ces deux valeurs du karma permettent de mettre en lumière une convergence entre deux phénomènes : une tendance individuelle à la mise en scène de soi et au jeu avec le public, d’une part ; et d’autre part une tendance collective à l’analyse permanente et à la représentation immédiate du média lui-même. L’alliance de ces phénomènes individuels et collectifs de feedback donne naissance à une sorte de système d’auto-analyse permanent. Reddit construit en temps réel sa propre représentation, en même temps que sa propre critique, tant au plan qualitatif qu’au quantitatif — un folklore et des données.

Quelques éléments saillants pour une esquisse de ce folklore7 :

  • le positionnement semi-underground, disons aux avants-postes, mais pas à l’avant-garde. Un pont entre la culture web pure et le grand public.

  • ☛ La place que se donne reddit, par rapport à 4chan8

    • l’obsession pour le karma, donc.
    • la glorification semi-parodique des utilisateurs grâce à qui le site fonctionne bien : ceux qui luttent contre le spam, par exemple, ou encore ‘the knights of /new’, c’est-à-dire ceux qui vont lire les nouveaux liens pour effectuer un premier tri9 ;
    • le consensus autour de certaines célébrités et figures publiques (Steven Colbert, Randall Munroe, Louis CK, etc.), qui culmine lorsque celles-ci viennent répondre aux questions des redditeurs sur /r/IamA.
    • les souvenirs plus ou moins douloureux de la crise de croissance de ces dernières années : c’était mieux avant, quand le site était relativement peu connu ;
    • la création et l’incorporation de sa propre critique par le site (concept de hive-mind, /r/circlejerk) ;
    • et enfin, discussions incessantes sur les liens repostés, et plus généralement sur la qualité des messages atteignant la une, dont on reparlera plus bas.

    Quant aux données, le plus bel exemple est celui du blog officiel de reddit, qui fournit régulièrement des analyses très détaillées du fonctionnement interne du site. En particulier, un long post publié en juillet dernier avait permis de découvrir le cycle de vie d’un lien sur le site.


    « Nerd talk: The tale of the life of a link on reddit, told in graph porn »

    Notons que l’utilisation des données n’est pas l’apanage des administrateurs du site. Comme tout site moderne à vocation communautaire, reddit dispose en effet d’une API ouverte qui permet, pour peu que l’on respecte certaines contraintes, de créer des programmes qui s’appuient sur les données du site. C’est par exemple le cas de reddit archive qui enregistre pour chaque journée les liens ayant atteint la une du site, et qui m’a été très utile pour écrire ce texte.

    Il existe d’autres utilisations plus originales, ou peut-être plus marginales de l’API de reddit, notamment de nombreux bots, ces petits programmes qui vont participer automatiquement à la discussion en utilisant les données qu’ils collectent. L’un des tous premiers (et mon préféré) s’appelle original finder. C’est une sorte de redocumentarisateur automatique : lorsqu’un nouveau post est une relecture, une glose ou une réponse à un post précédent, original finder recherche automatiquement le post auquel il est fait référence, et insère un lien vers ce post dans les commentaires :

    Le service fourni par ce bot est de première importance : sur reddit, les notions d’originalité et d’antériorité sont cruciales.

    2. Original Content

    Les redditeurs ne perdent jamais une occasion de crier haut et fort leur soif inextinguible de nouveaux contenus :

    Le contraste est frappant entre cette obsession théorique pour les contenus originaux (Original Content, ou OC) et la prime à la répétition que chacun peut constater en pratique — chaque jour ou presque, des liens vus et revus mille fois, sur reddit et ailleurs, atteignent la une du site.

    Ce paradoxe crée, chez bon nombre de redditeurs, un sentiment de frustration, une impression de sécheresse et de tarissement. Il est fréquent de lire des messages criant à la décadence, ou lamentant simplement la disparition d’un avant mythique, forcément meilleur, un âge d’or, d’innocence et de foisonnement.

    Il y a sans doute là une part de complexe du hipster : c’était toujours mieux avant, au début, surtout quand reddit s’imaginait en David luttant contre un Goliath (digg) vendu aux forces du grand capital et de l’abrutissement des masses. Néanmoins, les problèmes actuels sont réels. Les règles de publication de /r/funny, l’une des sections les plus fréquentées du site, en font — en creux — une belle synthèse :

    J’ai déjà parlé, il y a quelques mois, des images contenant uniquement du texte et des problématiques spécifiques de réhébergement des webcomics sur imgur. Voyons maintenant les autres problèmes10 :

    • le plus évident est sans doute la tendance générale à ne plus poster que des images.

    Environ 130 posts atteignent chaque jour la front page de reddit :

    Les subreddits les plus populaires sont ici présentés en ordre croissant du nombre de liens présents sur la front page. On note une surreprésentation des sections dédiées aux images parmi les plus gros subreddits, en bas de la liste. De plus, /r/Gaming et /r/Atheism, bien que n’étant pas directement des subreddits dédiés aux images, leur font la part belle.

    Globalement, plus de la moitié (55%) des posts de la front page de reddit sont des images, pratiquement toutes hébergées sur imgur (45% du total). Parmi ces posts-images, la majeure partie entre dans des catégories prédéfinies, voire reproduit des schémas rigides. C’est ce qu’on appelle un meme. Ce sont notamment :

    – des rage comics
    – des image macros, en particulier advice animals

    Et, dans une moindre mesure :

    – des animaux mignons sur /r/aww
    – des photos de phénomènes naturels ou de paysages, généralement avec HDR débridé.
    – des dessins impressionnants techniquement et/ou figurant des sujets populaires.

    Les contenus textuels sont dominés par les « self posts », c’est-à-dire des textes postés directement sur reddit (13%). Ces posts textuels proviennent en majorité des quelques subreddits dédiés à la discussion : /r/IamA, /r/askreddit, /r/askscience, ainsi que /r/atheism.

    On trouve aussi un certain nombre de vidéos (7% du total). En cumulant images, self posts, et vidéos, on arrive à 75% du contenu qui atteint la front page chaque jour.

    Enfin, on trouve également des articles de Wikipedia, généralement dans /r/todayIlearned, et des articles de presse dans /r/worldnews et /r/politics. En tant que textes d’actualité, ces articles apportent au moins un peu de fraîcheur. Cependant, les discussions en réponse à l’article posté retombent souvent, elles aussi, dans les mêmes schémas. Un cas fréquent : pour réussir à atteindre la front page, le titre donné par la personne qui a posté le lien vers l’article de presse est sensationnaliste, voire erroné. En conséquence, la discussion va porter plutôt sur ce titre incendiaire que sur le contenu de l’article lui-même.

    • La transformation des contenus en memes

    Tout contenu réellement nouveau sera immédiatement transformé en meme, répété, déformé, amplifié, commenté, jusqu’à l’épuisement — épuisement qui intervient généralement sous 48h. On pense aux blagues sur Chuck Testa, ringardisées une demi-journée après leur apparition, et tout juste bonnes à tourner sur Facebook depuis.

    Le processus d’imitation et de sur-glose qui conduit à l’épuisement des motifs est bien compris et documenté par reddit :

    Malheureusement, avoir conscience du problème ne suffit pas à le régler — le phénomène est structurel.

    • Le noeud du problème : les reposts

    Sur reddit, le retour de liens déjà vus et revus est un phénomène quotidien. Le site a bien mis en place une procédure pour empêcher que le même lien ne soit soumis plusieurs fois (il y a une vérification au moment où on soumet l’URL). Mais ce simple filtrage ne peut rien contre les resposts d’images, qui constituent, comme on l’a vu, la plus grande partie des messages.

    En effet, l’écrasante majorité des images postées sur reddit sont hébergées sur imgur, ayant souvent été réuploadées pour l’occasion. Les contenus ainsi réhébergés sur imgur gagnent chaque fois une nouvelle URI, non signifiante (de type http://imgur.com/fer3Vez.png). Du point de vue de la structure du web, la même ressource se trouve dupliquée, et il y a rupture du lien ressource / auteur identifié / URI unique. Techniquement, il ne s’agit pourtant pas d’un repost (au sens du filtre interne de reddit), puisque l’URI est nouvelle.

    Des usages émergent progressivement pour lutter contre les effets délétères de duplication et de dédocumentarisation. La situation a notamment été clarifiée sur la question du réhébergement de webcomics sur imgur :


    « We need to talk about rehosting wecomics. »

    La solution préconisée (faire le lien principal vers l’URL d’origine, donner en commentaire un lien vers une version sauvegardée sur imgur) permet de ménager à la fois la valeur sémantique de l’URL et la relation symbiotique entre reddit et imgur. L’inconvénient est la lourdeur de la procédure. Il existe donc un bot qui crée automatique une version réhébergée sur imgur, imgur mirror bot. Bien que son fonctionnement soit très différent, ce bot a une action similaire à celle de l’original-finder évoqué plus haut — en créant un lien entre l’URL d’origine et le miroir, imgur mirror bot crée de la duplication ordonnée, documentaire11.

    Mieux, Karmadecay.com propose depuis quelques temps une solution externe. Il s’agit d’un moteur de recherche inversé spécialement dédié à reddit, et qui vise à identifier automatiquement les reposts. Il y a également un bot associé, ImageBot. Le site fonctionne correctement, mais le constat reste le même que plus haut — les causes structurelles de la doublonnite aiguë qui frappe reddit demeurent intactes, et elles le resteront tant qu’un outil de ce type ne sera pas intégré directement au formulaire de soumission d’un lien.

    En éjectant automatiquement les liens au bout de vingt-quatre heures de front page, reddit pousse la logique de l’eternal september jusqu’à son terme. C’est la rentrée tous les jours, sur reddit, et les mêmes images et les mêmes vidéos reviennent en permanence en première page (et avec elles les gens qui se plaignent qu’il s’agit de reposts). Il serait intéressant de savoir si cette attitude est délibérée : l’éternel retour d’images à l’efficacité testée et prouvée, si exaspérant pour les visiteurs réguliers, est un excellent moyen pour recruter de nouveaux lecteurs.

    3. Front page

    reddit se compose de centaines de sous-sections thématiques, les subreddits. La page d’accueil que voit un redditeur est composée de posts issus des subreddits auquel ce redditeur est abonné. C’est l’attrait principal de reddit : la variété des sujets couverts par les subreddits est pratiquement illimitée12, et en choisissant ceux auxquels on s’abonne, on obtient une page d’accueil unique, réellement personnalisée.

    Un certain nombre de subreddits sont sélectionnées par défaut par les administrateurs du site. Ce sont ces subreddits que verront les visiteurs qui n’ont pas créé de compte sur le site, ou qui n’ont pas souhaité modifier leurs abonnements. Une écrasante majorité des visiteurs de reddit est dans l’un de ces deux cas, et verra donc la page d’accueil par défaut.

    La composition de la page d’accueil est donc un enjeu majeur. L’ajout d’un subreddit au groupe des reddits par défaut multiplie son traffic dans des proportions gigantesques. En effet, et contrairement à ce que son image indy et décontractée donne à croire, reddit est un site extrêmement visité13. Longtemps, reddit a défini son identité de challenger par opposition à un autre site similaire, digg.

    En août 2010, la mise en place de la version 4 de digg, jugée calamiteuse, entraîne une exode massif de visiteurs vers reddit. C’est à partir de ce moment que reddit est devenu Goliath. Cet afflux de traffic n’a pas été sans conséquences difficiles : arrivée en masse de spammeurs, reposts incessants, prévalence du trolling et du méta-discours sur le contenu primaire — disons perte de l’innocence, et arrivée des problèmes que digg cherchait à combattre en lançant sa v4.

    Et on en revient, après un long détour, au cas de /r/atheism. Au départ point de ralliement des athés américains ostracisés, dans une ambiance laïcarde mais bon enfant, il est devenu, avec l’augmentation de son trafic, le terrain de luttes d’influences rhétoriques permanentes et à peu près figées. C’est une guerre des tranchées. Le contenu du lien posté à l’origine devient le prétexte à recommencer éternellement les mêmes affrontements rhétoriques, devant un public qui a déjà choisi son camp.

    On peut également penser au cas de /r/worldnews. L’an dernier, une longue série de polémiques qui ont suivi des accusations de manipulation du score des articles défavorables à Israël par des redditeurs pro-Israéliens14. Rapidement, la discussion tourne autour de la censure des articles, de la manipulation des scores, et plus jamais du contenu des articles en eux-mêmes.

    De là, mécaniquement, la qualité des posts baisse, puisqu’ils ne sont plus qu’un prétexte à rejouer chaque fois le même match. Sur /r/atheism, l es défenseurs du christianisme et de la religion en général veillent, restant en permanence « on message » — ‘on nous opprime’, ‘ne pas confondre croyant et intégriste’, ‘les athés militants sont aussi prosélites et irrationnels que les croyants’, ‘vous n’êtes pas athé mais agnostique’, ‘les enfants naissent agnostiques et non athés’, etc. Les athés entretiennent le statu quo en postant des memes ou des rage comics ridiculisant les croyants, et la discussion devient impossible à force de tourner en rond.

    La glose a fini de manger le texte.

    *

    Souvenez-vous du paradoxe évoqué il y a quelques paragraphes : les redditeurs n’ont que l’originalité et la nouveauté à la bouche, et pourtant ils plébiscitent des contenus vieux comme le web. Ce paradoxe s’explique très simplement : ce ne sont pas les mêmes personnes qui se plaignent de ces répétition permanentes et celles qui les propulsent en page d’accueil.

    La soif de nouveauté de ceux qui ont déjà vu tout le « fond de roulement » de reddit est donc impossible à étancher tant qu’ils ne feront pas l’effort d’aller voir plus loin que la page d’accueil. C’est d’ailleurs un lieu commun chez les redditeurs vétérans qu’il est nécessaire de se désinscrire de tous les sub-reddits par défaut pour profiter d’une expérience à peu près vivable.

    La tension de plus en plus forte entre ces deux catégories d’utilisateurs, anciens et nouveaux, conduit à l’impasse actuelle : plus le nombre d’utilisateurs augmente, et plus la tendance à la répétition des contenus et des discussions s’intensifie. Tout s’accélère et pourtant tout stagne. Non contents de redécouvrir éternellement les mêmes images et les mêmes blagues, chaque jour ou chaque semaine, les nouveaux venus les dupliquent, ajoutant à la confusion.

    La massification conduit à figer reddit dans un état à peu près statique, fait de photos de chats, de méta-blagues et de polémiques stériles. La structure technique de reddit contraint à un renouvellement permanent des contenus (un lien ne peut rester sur la front page que 24h au maximum), alors même que sa structure sociale le tient immobile, éternellement identique à lui-même.

    1. « Good Without God », selon leurs termes. []
    2. Au point d’en faire, à l’heure où je mets ce texte en ligne, le message qui a reçu le plus de votes positifs depuis que le subreddit existe. []
    3. Never go full retard []
    4. l’algorithme réellement utilisé est nettement plus complexe, notamment pour lutter contre le spam []
    5. Mettons : ‘racolage karmique’. []
    6. Si je me souviens bien, c’est l’histoire édifiante d’un redditeur racontant comment il a sauvé une jeune sans abri, et comment le destin l’a ensuite récompensé de sa bonté. []
    7. Une description complète dépasserait de beaucoup mon propos. []
    8. Pour référence, comment 4chan voit reddit. []
    9. Il y a là un mélange d’affection sincère pour la communauté et de fantaisie qui rappelle un peu la sous-culture de b3ta []
    10. Les chiffres cités dans les paragraphes qui suivent ont été obtenus à partir des liens enregistrés par Reddit Archive pour la période du 1er au 13 décembre. Les données brutes ont été extraites grâce à Scrapemark. Script (très primitif) disponible sur demande. []
    11. Notons que cette solution reste problématique et imparfaite : les contenus envoyés sur imgur y restent, et se trouvent effectivement dupliqués. Si l’objectif est seulement d’épargner les serveurs d’origine pendant l’afflux temporaire de visiteurs, une solution de type Coral Cache, utilisée par Slashdot depuis des années, serait mieux adaptée. []
    12. Je suis abonné à /r/animation, /r/machinelearning, /r/eatsandwiches, /r/hiphopheads, /r/coffee, /r/berlin, /r/foreignmovies, /r/indiegames, /r/node, etc. []
    13. En septembre dernier, reddit annonçait afficher 1,6 milliards de pages par mois ! []
    14. Que ces manipulations aient été réelles ou non n’est pas mon propos []

« Capitalisme linguistique » et mécanisation du langage

1.

Dans un article publié récemment sur son blog, Frédéric Kaplan se penche en détail sur le coeur de métier de Google, à savoir la publicité textuelle. Il fait un rappel très pédagogique (et très bienvenu : c’est vraiment complexe) sur le fonctionnement d’AdWords, puis concentre son propos sur les technologies de TAL mises en oeuvre par Google :

« Le vrai et le seul modèle commercial qui fait vivre Google est la spéculation sur les mots. C’est avant tout un algorithme d’enchérissement sur les mots qui a rendu Google riche. Nous pouvons sous cette lumière reinterpréter tous les outils de complétion/correction automatique qui petit à petit tendent à accroître leur contrôle sur la langue elle-même. Ces nouvelles prothèses linguistiques ramènent la langue dans le domaine où elle est le mieux exploitable commercialement. Bienvenue dans le régime du capitalisme linguistique. »

Mon analyse diverge de celle de Frédéric Kaplan lorsqu’il parle de « spéculation linguistique ». Google ne spécule pas, justement. Il laisse à ses clients le soin de se battre pour les mots clés. Google fixe les règles du jeu, il tient les comptes et prend une commission au passage. Contrairement aux spéculateurs, Google ne prend pas de risque — s’il fallait à tout prix chercher une analogie péjorative, Google n’est pas un trader, c’est un bookmaker.

Ca ne change pas grand chose au fond de son propos : l’objectif (et l’effet) principal des outils de correction / complétion est effectivement une homogénéisation de la langue naturelle, qui aide à Google à améliorer le fonctionnement de ses produits et à augmenter ses profits.

2.

Google a longtemps affiché une certaine défiance vis-à-vis du web sémantique, en particulier sous sa forme originelle1. En 2006, lors d’une keynote de Tim Berners-Lee, Peter Norvig a fait le commentaire suivant2 :

« What I get a lot is: ‘Why are you against the Semantic Web?’ I am not against the Semantic Web. But from Google’s point of view, there are a few things you need to overcome, incompetence being the first »

Même si l’opposition n’est plus aussi frontale aujourd’hui, le problème demeure : Google doit composer avec le langage tel que l’emploient ses utilisateurs, et ce n’est pas toujours beau à voir. C’est pour cela qu’au lieu d’attendre que ses utilisateurs aient tous reçu une formation de documentaliste et apprennent à utiliser des vocabulaires contrôlés, Google préfère utiliser son expertise pour créer automatiquement une couche de lissage de la langue, grâce à ses outils de complétion, de traduction et de correction automatiques.

Cette mécanisation de la langue naturelle fait écho à « l’exode rural » que décrivait Virginia Heffernan en juillet dernier, et qui conduit les internautes à délaisser les forums (petites communautés spécialisées, au rythme lent et aux liens forts) pour les réseaux sociaux (mégalopoles anonymes, régies par les lois du marché et du weak tie).

En effet, les outils de lissage de la langue naturelle sont consubstantiels au web 2.0. Leur prolifération récente repose techniquement sur l’amélioration des technologies disponibles dans les navigateurs, en particulier les moteurs JavaScript3. Ce sont les mêmes avancées technologiques qui ont permis le développement d’applications web de plus en plus complexes et puissantes.

Ainsi, Facebook identifie automatiquement des entités nommées4 quand vous rédigez un statut, et twitter effectue la traduction automatique des tweets en anglais, afin de permettre à ses utilisateurs monoglottes de savoir ce qui se dit ailleurs. On retrouve la logique décrite par Frédéric Kaplan : ces services ont une utilité pour les visiteurs humains, mais leur véritable valeur repose dans l’amélioration de la qualité des données dont disposent les entreprises qui les proposent.

Dernier point, si les outils normalisent la langue, les personnes aussi adaptent leurs techniques d’écriture aux contrainte des outils et au goût de leur lectorat, dans un double mouvement de réaction et de renforcement. Je ne serai pas surpris d’apprendre que les aspirants journalistes d’aujourd’hui reçoivent, au lieu d’un cours sur la captatio benevolentiæ, une brève introduction à la phrase tweetable.

Toute personne écrivant pour le web apprend à optimiser sa production pour les moteurs de recherche (SEO), en veillant par exemple à sémantiser le texte de ses liens. D’une manière générale, la SEO est une discipline passablement ésotérique, dont les praticiens ont fait un métier d’écrire pour plaire à Google, chaque mot et chaque balise comme des offrandes sur l’autel du PageRank.

3.

Parfois, néanmoins, ces outils connaissent des ratés spectaculaires. Si vous vous intéressez à la traduction automatique, vous vous souvenez peut-être de la débâcle de Google Translate, au printemps dernier5.

Rappel des faits : pour alimenter les modèles statistiques sur lesquels il repose, Google Translate utilise des textes issus du web, et parie sur le fait que ces textes sont ‘corrects’, écrits par des locuteurs natifs ou au moins compétents. Or, jusqu’en mai dernier, on pouvait utiliser Google Translate pour traduire automatiquement des sites internet entiers. Ce service était très utilisé par des créateurs de sites de spam. Ils montaient un site en anglais, mettons pour vendre du viagra, et, grâce à Google Translate, le traduisaient automatiquement dans toutes les langues possibles.

Ces pages traduites se trouvaient à leur tour indexées, puis analysées comme si elles avaient été écrites par des humains, et toutes les erreurs du traducteur automatique se trouvaient donc ‘validées’. Au bout du compte, plus le traducteur était utilisé, et plus sa qualité baissait. Dans un geste assez inhabituel, Goole a donc finalement décidé de fermer l’API de Google Translate à la fin du printemps 20116.

4.

Les ratés de Google Translate ne doit pas faire oublier que le monde du TAL passe une bonne partie de son temps à courir après Google, qui semble toujours avoir une longueur d’avance.

Il faut se représenter notre désarroi. Google est là, gigantesque, monolithique et insondable. Tel le TechnoCore, il décide parfois de nous donner MapReduce ou l’App Engine, sans nous laisser voir son dessein.

J’ai l’intuition tenace que la majeure partie des problèmes que je souhaite traiter dans mon doctorat ont déjà été résolus en interne par Google7. Je me souviens d’avoir été à la fois amusé et démoralisé en découvrant les actes du quatrième Web as Corpus Workshop, sobrement intitulés : « Can we beat Google?« . Réponse :

Much of what they do overlaps with much of what we do, as Web corpus collectors with language technology and linguistic research in mind. But the goals are different, which opens up a space to identify tasks that they perform well from their point of view but that is different to ours, and others that they do, but are not central to their concerns and we can do better.

  1. The Semantic Web,
    par Tim Berners-Lee, James Hendler et Ora Lassila []
  2. Cité par CNet []
  3. Dont Google est justement l’un des fers de lance, avec V8 []
  4. Par exemple le nom de vos amis []
  5. Débâcle qui s’est d’ailleurs soldée par le fait que twitter utilise aujourd’hui Bing pour traduire automatiquement les tweets en anglais []
  6. Pour une analyse plus détaillée, voir celle proposée par Kirti Vashee []
  7. Malheureusement on ne peut jamais être sûr de rien : si Google publie beaucoup d’outils et de code open source, il reste beaucoup plus discret sur ses avancées en matière de R&D. []

Les oeuvres complètes de William Shakespeare, en poster

1.

Partons de cette image :

La forme générale est aisément reconnaissable : c’est celle d’un ‘demotivational poster’1 Cependant quelque chose distingue immédiatement cette image de la plupart des demotivationals qui circulent habituellement : son rapport d’aspect. Au lieu d’adopter les proportions d’une feuille de papier, elle s’étire en longueur pour atteindre près de 2400 px de haut, ce qui représente environ le double de la résolution verticale d’un écran courant. Le contenu de l’image étant presque exclusivement textuel, on doit donc, pour en prendre connaissance, zoomer puis scroller à mesure que l’on lit le texte.

Ce contenu est un condensé d’un article du Washington Post paru en avril 20072. Le journaliste Gene Weingarten y racontait comment il avait convaincu Joshua Bell, un très grand violoniste contemporain, de jouer dans le métro de Washington DC, pour voir si les gens s’arrêteraient ou non pour l’écouter.

L’article du Post était très long : plus de 7300 mots. Le poster en condense le contenu en 394 mots (~5%), ajoutant au passage erreurs factuelles (« approx. 2 thousand people » au lieu de 1097), approximations grammaticales et considérations subjectives diverses.

Certains paragraphes sont entièrement paraphrasés3, mais il n’y a aucun segment commun aux deux textes4. Quelques mots rares communs aux deux textes (par exemple « intricate ») sont employés dans des contextes différents – le rédacteur du poster aura sans doute été influencé, consciemment ou non, par la plume fleurie du journaliste du Washington Post. En tout cas, on voit que la personne qui a rédigé le texte du poster a pris la peine de résumer l’article, et non pas seulement d’en copier-coller les meilleurs morceaux.

Les informations qu’il a finalement conservées nous renseignent d’ailleurs assez clairement sur ses objectifs. Globalement, tout le récit de la mise en place de l’expérience, tout le background des participants passe à la trappe. Seuls ont été conservés les aspects factuels de l’expérience — et encore, parmi eux, seuls les plus lourds de sens subsistent — et la ‘morale’ de l’histoire. De plus, la nature réelle de l’expérience n’est pas révélée avant les derniers paragraphes, renforçant l’effet de surprise5.

Il paraît clair que l’auteur du poster fait oeuvre de vulgarisation, dans l’espoir de communiquer la substantifique moëlle d’un article long et relativement difficile à un public qu’il juge incapable d’en prendre connaissance sans sa médiation.

En d’autres termes, il veut faire passer un message (exprimé explicitement dans la légende) et choisit donc le mode d’expression qui lui paraît le plus adapté au public visé — il transforme un article du Post en demotivational pour toucher les adolescents qui passent leurs journées sur /b/.

Le résultat évoque un peu ces campagnes de prévention qui tentent de parler aux jeunes en intercalant des « Yo ! » et des « Trop délire » dans leurs messages de santé publique.6Le danger, comme avec les campagnes de prévention, est que le public en question n’apprécie pas forcément qu’on veuille parler comme lui parle :

Ce nouveau poster utilise de manière récursive le fait que le motivational est une image qui commente une image : il enferme donc tout le poster précédent, légende comprise, dans le cadre noir qui sépare l’image de sa légende7, et le balaie d’un sarcasme. C’est une leçon de demotivational.

Puis vient la conclusion presque naturelle de ce type d’échange :

Le texte, censément contenu du poster, est devenu illisible ; en ellle-même, la légende est dépourvue d’ambiguïté, mais l’ironie de l’ensemble échappera totalement à qui n’a pas vu le poster précédent. Le sens s’effondre sur lui-même à force de sarcasmes.

2.

Un poster n’a pas d’auteur. En dépit de la quantité de travail accompli, le rédacteur s’efface totalement, en même temps qu’il masque la source originale8. Il ne signe pas, et sa seule intervention directe, le seul moment où il s’adresse ouvertement à son lecteur est la légende de l’image (« SLOW DOWN »), qui se contente de résumer la morale de l’histoire.

Il y a quelque chose de la légende urbaine dans cette volonté de réduire l’histoire et son énonciation à un schéma simple, en gommant toutes les aspérités qui viendraient parasiter la communication de sa morale. Un peu comme avec la légende urbaine, d’ailleurs, l’effacement de toute métadonnée destinée à un lectorat humain (date de première publication, nom de l’auteur, titre, source, etc.) conduit à une multiplication des doublons et des re-publications : on se raconte sans cesse la même histoire pour transmettre son sens à ceux qui ne le connaîtraient pas encore.

Un poster n’a pas plus d’auteur qu’une parabole. Il est l’image et sa légende, comme la fable et sa morale, réunies sous une forme familière et fixées sur un support simple (une image), redistribuable tel quel. Le poster se suffit à lui-même.

Certes, son créateur doit rester anonyme, mais c’est faible prix à payer pour pouvoir, d’un seul geste, contrôler la typographie, la mise en page, le parcours de navigation même9 — en les mettant à l’abri des effets du net.

Le créateur du poster arrache le contenu aux flux ; ce contenu est nettoyé, débarrassé de ses métadonnées informatiques et de tout paratexte ; il est repackagé sous une forme à la fois anonyme et familière, anodine. L’histoire et sa morale sont figées, comme vitrifiées dans une image. Le rédacteur a recréé de la linéarité, de la non-interactivité, de l’analogique — du papier, en somme — au nom de l’expérience qu’il voulait donner au lecteur.

Il fait le geste de l’auteur.

  1. Les motivational posters, très à la mode dans les années 80-90, sont des affiches généralement composées d’une photo sur fond noir et d’une légende écrite en dessous. Leurs messages à la fois positifs et aseptisés, typiques de l’ambiance post-reaganienne, ont fait d’eux la source de moqueries constantes sur le web. On appelle ces parodies des demotivationals. []
  2. récompensé par le prix Pullitzer 2008 []
  3. Poster : « If we do not have a moment to stop and listen to one of the best musicians in the world, playing some of the finest music ever written, with one of the most beautiful ever made… How many other things are we missing? »

    Post : « If we can’t take the time out of our lives to stay a moment and listen to one of the best musicians on Earth play some of the best music ever written; if the surge of modern life so overpowers us that we are deaf and blind to something like that — then what else are we missing? » []

  4. Hormis les structures grammaticales de type « of the » et le nom de Joshua Bell. []
  5. Alors que l’article du Washington Post adopte une structure dite « Columbo », la révélation intervenant dès l’ouverture du papier, ce qui déplace le focus vers le processus de construction et le contexte. []
  6. A bien y regarder, dans le projet sinon dans la lettre, on est même plus proche du motivational poster que du demotivational []
  7. le contenu primaire de sa glose, en fait []
  8. La paraphrase du paragraphe de conclusion, à peine plus compacte que l’original, peut être interprétée comme une volonté de se soustraire à la puissance des moteurs de recherche — d’empêcher le lecteur de remonter à la source. []
  9. Cf. les exemples donnés dans un billet précédent. []

Traces : La page

La page web n’est vraiment pas un objet idéal. On est bien d’accord. Je comprends tout à fait ce qu’il y a d’ennuyeux à la variabilité de la page, à son instabilité. Il y a la publicité, et plus généralement tout le contenu qui s’affiche sur la base des divers cookies présents dans notre navigateur. On en est au point où les résultats de Google changent en fonction de notre position géographique, voire de nos recherches précédentes (si on est loggé à son compte gmail, par exemple). Il devient impossible d’obtenir les mêmes résultats à la même requête même lorsqu’on effectue les deux requêtes en même temps.

Certains y voient un danger, une fragmentation qui rendrait le web incontrôlable et inconnaissable, voire mensonger. Je crois que c’est méconnaître le web en plaquant sur lui des modèles inadaptés. Penserait-on à se plaindre de ce que la réalité nécessite des médiations, des instruments et des objectivations pour être connaissable ?1

A première vue, la solution paraît devoir être de retrouver de l’invariant :

L’idée sous-jacente est que la réponse permettra de traiter la tendance extrêmement répandue à présenter des ressources documentaires (au sens traditionnel) dans un « enrobage » d’informations périphériques volatiles, comme des commentaires des lecteurs, des nuages de tags, de la publicité, des fils de nouvelles, etc. (et de ne publier ces ressources documentaires que sous cette forme, et jamais dans une forme « épurée », dénudée de tout enrobage). Nous voulons pouvoir mettre en évidence que, dans des réponses différentes mais ne variant que par l’enrobage, peut se cacher un noyau « documentaire » constant digne d’intérêt.

Roger II Pédauque, Le Web sous tensions

En opérant ce nettoyage – et peu importe qu’il soit conceptuel ou technique – on veut mettre au jour un « noyau documentaire » épuré et enfin redevenu stable. Il s’agit en fait de revenir au niveau supérieur, c’est-à-dire de retrouver la ressource qui a servi à constituer la page.

La ressource

Le nettoyage propose de retrouver la ressource derrière la page pour se pencher enfin sur un objet propre, digne, symétrique. C’est efficace, parce que ça permet de contourner les difficultés posées par la page web en tant qu’objet. Mais dans le même temps, le nettoyage recrée artificiellement le net ordonné et cohérent que les tenants du web sémantique, par exemple, ont en tête — vision qui, pour toute sa complexité technique, n’est finalement pas très éloignée des ‘bibliothèques universelles’ que l’avenir nous promettait, dans les années 90.

Cette manière de voir n’est pas sans poser quelques problèmes. J’ai par exemple assisté en avril dernier une présentation au DLWeb, où l’orateur s’interdisait littéralement de parler de page : ‘il n’y a pas de page sur le web, il y a des ressources dont nous ne percevons que l’ombre portée, du fond de notre caverne’. Evidemment c’était un peu difficile à tenir : le mot « page » finissait par lui échapper, et il devait se reprendre pour rester cohérent. Il y avait à l’oeuvre la force de l’habitude, oui, mais aussi le fait que le net se présente à nous sous forme de pages, qu’on le veuille ou non.

Il me semble qu’en se focalisant sur la ressource qui serait ‘enrobée’ de parasites négligeables, on vide le net de ses irrégularités, ses aspérités, c’est-à-dire les stigmates de son processus de construction (spontané, décentralisé, parfois erratique) — en somme ce qui fait de lui le net, par contraste avec tout autre média. Nettoyage c’est un bon terme parce que le net est sale, informe, décidément pas présentable — mais c’est comme ça qu’il faut l’accepter. Il n’y a pas de net propre et pur qui serait caché quelque part en dessous.

Le théâtre

Je propose une analogie. Si on va au théâtre voir la même pièce plusieurs soirs d’affilée, on constatera immanquablement des variations entre les représentations. La pièce est la même, les acteurs sont les mêmes, la mise en scène est la même, mais les représentations varient néanmoins. On peut en parler avec d’autres spectateurs qui sont venus à des moments différents, et chacun sera d’accord pour dire qu’il a vu la même pièce que les autres. Au milieu de tout ça, imaginons un monsieur qui est là chaque soir avec un petit calepin, essayant désespérément de prendre en note l’intégralité de la pièce, de démêler le texte de ce qui est une légère improvisation, de lisser les variations dues au hasard, et de séparer entre la vision du metteur en scène et ce qui se trouve écrit dans les didascalies.

Au bout d’un certain temps et au prix de beaucoup d’efforts, ce monsieur aura sans doute reconstitué le texte de la pièce avec un degré d’exactitude raisonnable. Oui. Par contre je pense qu’il sera passé à côté de ce qui se jouait sous ses yeux. Il aura retrouvé le texte de la pièce, mais pour y parvenir il aura dû ignorer la mise en scène, le jeu des acteurs, les décors, etc., en se focalisant uniquement sur le texte. Pour l’avoir vue 100 fois, il sera tout de même passé à côté de la pièce.

Même si c’est difficile, même si c’est inhabituel, même si c’est déstabilisant, je crois que nous ne pouvons pas éviter de penser le net comme un ensemble d’objets complexes, instables. Nous devons nous confronter à la page, sans nous rabattre automatiquement sur le niveau que nous comprenons mieux parce qu’il paraît mieux ‘calculable’ (la ressource).

L’instanciation

La ressource n’est pas le net tant qu’elle ne se manifeste pas sous forme de page. En elle-même, la ressource ne fait pas sens : elle est effectivement une somme d’inscriptions numériques arbitraires, du binaire. C’est bien par la page que le net se donne à voir, et si c’est tout ce que nous pouvons en voir, ainsi soit-il. Je propose donc de parler d’instanciation : chaque page vue est une instanciation de la ressource. Le web est la ressource instanciée, dans toutes ses instances à la fois. La ressource telle qu’on peut la voir dans les instances, les instances en tant que projections de la ressource.

En d’autres termes, la page est tout ce que nous voyons du web, sa manifestation. Elle n’est pas le web en soi, ni un artefact qui masquerait la véritable ressource. Elle est une instance de la ressource, et elle doit être manipulée en tenant compte de ses propriétés : la page est instable, et elle ne sera toujours qu’une représentation partielle, un échantillon de l’infinité d’instances susceptibles de naître d’une même ressource.

Cette indécidabilité est constitutive du web. Chercher à le réduire à une belle arborescence de documents linéaires me rappelle nos grands parents lorsqu’ils impriment leurs e-mails.

  1. Plus profondément, ce n’est pas la faute de Google si nous en sommes venus à nous reposer sur lui, à concevoir nos outils autour de fonctionnalités que nous tenions pour acquises. Google ne nous doit rien, et il n’est certainement pas responsable de la situation de dépendance dans laquelle nous nous trouvons. []

Traces : l’auteur

Lors d’une séance des ateliers DLWeb de l’INA, j’ai pu entendre une présentation de Bruno Bachimont sur la notion de trace numérique1 . J’ai été piqué par cette présentation : j’avais des objections, mais il était difficile de ne pas être conquis par la puissance rhétorique déployée. Il était manifeste que j’avais sous les yeux des réflexions ambitieuses, fortes, fécondes.

Pour aller un peu plus loin, je suis allé lire le dernier livre de Bruno Bachimont, et j’y ai – logiquement – retrouvé la même idée, à savoir que tout ce qui est numérisé devient une trace binaire vide de sens (il dit « anonyme ») tant qu’elle n’est pas interprétée :

« – fragmentation / recombinaison : puisque le numérique repose sur la discrétisation et la manipulation, il en résulte que toute réalité touchée par le numérique sera réduite en unités vides de sens sur lesquelles des règles formelles de manipulation seront appliquées. La discrétisation fragmente la réalité considérée, la manipulation la recombine, fragmentation et recombinaison se faisant de manière arbitraire par rapport à la nature de la réalité considérée, à son sens ou à sa signification. Les unités auxquelles aboutit la discrétisation, les entités reconstruites par la recombinaison sont définies de manière totalement arbitraire par rapport à la nature des contenus considérés ;

– désémantisation / ré-interprétation : de même, la discrétisation implique une rupture avec la sémantique propre aux contenus manipulés. Il en résulte donc une désémantisation, une perte de sens, qu’il faudra gérer à travers un processus de re-sémantisation explicitement assumé. Sinon, la numérisation, comme on le voit très souvent aujourd’hui, est vécue comme une perte de sens, une montée de l’arbitraire technicien, au lieu d’être appréhendée comme la source de nouvelles possibilités techniques »

Bruno Bachimont, Le sens de la technique : le numérique et le calcul, p. 160

Ma première objection est très simple. Analyser les objets numériques uniquement en termes de bits, c’est comme analyser les livres en termes de cellulose et d’encre et de reliure. L’arbitraire du binaire est là, mais il n’est pas pire que celui de l’écriture, et même s’il est très intéressant de l’interroger, je ne vois pas pourquoi il faudrait s’en tenir là.

Plus profondément, ce qui m’ennuie dans le fait de parler indistinctement de trace pour désigner toute représentation informatique, c’est l’aplatissement conceptuel qui a lieu : en ramenant tout à l’enregistrement numérique, aux bits, on considère ensemble et indistinctement les logs enregistrés par les serveurs et les messages laissés par les visiteurs d’un forum (par exemple). C’est ignorer l’intention de celui qui produit la trace informatique, et tout ramener à une vision mécaniste des choses.

Or on est bien l’auteur du message, mais pas celui de l’enregistrement dans le log. Il faut donc établir une distinction entre la trace (le sous-produit) et la production (le produit).

Malheureusement, une fois qu’on a dit ça, on a crée plus d’interrogations nouvelles qu’on n’en a résolu – car si on est indiscutablement l’auteur d’un post de forum, qu’en est-il d’un tweet ? A l’extrême, est-on l’auteur d’un like Facebook ? – quand il ne reste que l’intention, seulement matérialisée par le clic.

Le complexe du trouveur

Après une période d’expérimentation dans les années 2000, les blogs se sont stabilisés : ils s’inscrivent d’eux-mêmes dans des grandes catégories à peu près établies (politique, gadgets, mode / beauté, famille, etc. Se reporter à la taxonomie de Wikio par exemple). Dans tous les domaines fleurissent des blogs de veille ou de curation, où on trouve le même type de contenus courts, digestes, et avec pratiquement pas de contenu original.

L’exemple typique est une citation d’un contenu externe, rapidement commentée et mise en situation, avec un lien vers le site d’origine. Du « lien qualifié », comme j’ai pu l’entendre. Le blogueur/veilleur/curator, en sélectionnant des informations pertinentes pour ses lecteurs, apporte clairement quelque chose – il a crée de la valeur pour son lectorat. Pourtant ce qu’il a créé n’est pas un nouveau document, d’après les standards habituels : l’écrasante majorité du contenu provient d’ailleurs, et sa contribution propre n’est pas sémantiquement autonome. C’est une forme de glose.

reddit est un site spécifiquement conçu pour le partage de ces « liens qualifiés »2 . Un des phénomènes les plus distinctifs et les plus curieux sur reddit est le recours quasi systématique à des captures d’écran hébergées sur le site de partage de photos imgur : le consensus est qu’il vaut mieux composer une image avec ce qu’on veut montrer, l’uploader sur imgur et utiliser ça comme lien.

Pourquoi ? La question revient assez souvent, et les raisons invoquées sont multiples – parmi celles que j’ai lues le plus souvent :

  • Parce qu’imgur a la bande passante nécessaire pour éviter que l’afflux de traffic provoqué par reddit n’entraîne la mise hors ligne du site (caching pour prévenir une forme d’effet slashdot.)
  • Parce que ça permet de résumer un parcours de navigation complexe en un seul lien (voire d’entourer / surligner / mettre en évidence ce qu’on veut montrer), c’est-à-dire de redocumentariser.
  • Parce que c’est un aplatissement, une réduction de tous les médias du web (et de la viandosphère – penser aux photos de coupures de presse) à une forme commune, dont les contraintes sont comprises et admises par l’ensemble de la communauté. Comme on le verra plus bas, cela facilite et encourage le mash-up et la création incrémentale.
  • Parce que ça permet de figer la page pour la montrer telle qu’on l’a vue, en se prémunissant contre les disparitions et les modifications éventuelles3
  • Enfin parce que ça « évite de donner des hits » (c’est-à-dire des revenus publicitaires, en dernière analyse) aux sites qu’on veut dénoncer ; encore une fois, il s’agit de compenser les effets de bord liés à l’exposition subite à un public très large.

Néanmoins, cette pratique n’a pas que des avantages. Deux objections reviennent fréquemment :

  • l’upload sur imgur conduit à des url non signifiantes, et donc à une infinité de doublons. Ces reposts de contenus identiques sont très mal vus : ils nuisent à la qualité générale de reddit, et ils sont vus comme une sorte d’appropriation indue du travail du ‘trouveur’ du lien d’origine.
  • l’upload sur imgur efface le lien entre le contenu et ses auteur / lieu / contexte de publication originels. Privé de son contexte, le contenu du lien perd de son sens, et le travail n’est plus attribué à l’auteur. Le trouveur / curator devient est seul à être crédité, et devient donc, par droit de conquête, l’auteur principal, au détriment de l’auteur réel.

Constatons que ces deux problèmes ne sont pas d’ordre technique. Ils tiennent à notre conception de la propriété intellectuelle, en particulier de la place que nous accordons à l’auteur.

Mash-up & production incrémentale

La combinaison de ces quelques particularités a donné naissance à une culture de la réappropriation, dont les webcomics sont l’exemple le plus parlant :

Dans la petite BD ci-dessus, les deux premières cases sont de Pénélope Bagieu, et la troisième a été rajoutée par un anonyme pour moquer les règles de sécurité des aéroports américains. L’ensemble a été reposté sur reddit sans la moindre mention d’auteur – ni l’auteur d’origine, ni celui qui a ajouté la dernière case.

Un exemple encore plus étonnant :

Ici, l’auteur se met en scène découvrant son propre travail reposté sans mention de la provenance. Sa première réaction est de regretter qu’on ne l’ait pas cité. Il découvre bientôt que non content de reposter sa BD, ses lecteurs l’ont étendue et partiellement réécrite. Il constate que le résultat est supérieur à sa production d’origine. Il ne sent plus le droit de revendiquer la paternité de l’oeuvre.

Demander « Qui est l’auteur de cette BD ? » revient à demander « Qui est l’auteur de cet article de Wikipédia ? ». Il n’y a pas de réponse univoque, parce que la question passe à côté du problème.

  1. Les slides sont consultables sur le blog du DLWeb. []
  2. Il se trouve qu’on y papote aussi beaucoup, mais ce n’était pas l’objectif d’origine. []
  3. Modifier subrepticement un contenu après qu’il a été vu, surtout en réponse à des critiques, est une pratique relativement courante mais extrêmement mal vue. On parle de ninja edit. []