Revoir la Normandie

Le 29 avril 2011, j’ai eu la chance d’assister à une présentation faite par Patrick Pecatte, dans le cadre des ateliers DLWeb de l’INA. Les conditions n’étaient pas optimales : Patrick Pecatte passait après trois interventions très denses, la séance avait déjà pris beaucoup de retard, et nous étions tous morts de faim en plus d’être épuisés. Et puis le sujet était énigmatique : « PhotosNormandie » ? Qu’est-ce que ça peut bien être que ça ?

Finalement je suis resté. Je crois que c’était la première fois que j’entendais des ‘Oh !’ sidérés et des ‘Ah !’ étouffés dans un contexte universitaire.

En 1944, l’armée US se préparait à débarquer sur les plages de Normandie. Tout le monde avait conscience de l’importance de l’opération : ça n’allait pas manquer d’être historique.

On constitua des unités chargées de documenter le débarquement et l’offensive qui le suivit, pour la postérité. En règle générale, ces unités étaient composées de quatre hommes : un chauffeur, un photographe, un caméraman, et un secrétaire, chargé de coucher sur le papier les circonstances dans lesquelles les photos et les films étaient pris. L’approche choisie était remarquablement moderne et cohérente — et a priori, les risques de perte d’information étaient grandement minimisés par la division du travail. Non, vraiment, impossible que ça rate.

C’est après la guerre que les problèmes arrivèrent, lorsqu’on entreprit d’archiver le matériau produit. Tout comme aujourd’hui, les techniques utilisées pour conserver le papier, les photos et le film étaient fort différentes : les spécialistes de chaque medium travaillaient différemment, et même au sein d’institutions séparées. Personne ne savait comment traiter et archiver des objets composites, multimédia.

Or la production de chaque unité se distinguait justement par la synergie entre les différents supports utilisés : souvent, la même scène était photographiée et filmée et décrite ; parfois les soldats-documentalistes de l’extrême se contentaient d’une seule photo et d’une courte légende. En tout cas les documents produits étaient des objets complexes, indivisibles et irréductibles à un seul support sans perte d’information.

C’est pourtant exactement ce qui se produisit. On archiva séparément les films et les photos, en les étiquetant comme on pouvait, sur la base des informations notées dans le feu de l’action par les secrétaires de chaque unité.

C’est là qu’intervient le projet PhotosNormandie. Lancé en 2007, ce projet vise à vérifier patiemment, à réécrire et à compléter les informations qui accompagnent les photos et les films. Établies dans des conditions difficiles par les secrétaires, ou carrément après coup, au moment de l’archivage, ces légendes sont en effet souvent sibyllines et pas toujours très fiables.

Parallèlement, et plus profondément, il s’agit de reconstituer le lien entre les différents supports qui avait été perdu au moment de l’archivage. Il s’agit de redocumentariser.

***

Un exemple avec cette photo :

http://www.flickr.com/photos/photosnormandie/4259285377/

Des américains attendent dans une rue encombrée de gravats (aujourd’hui rue du Vieux Château). Sur un panneau indicateur: La-Haye-du-Puits à 16 km, Coutances à 40 km.

Un vélo au sol, la Jeep de Vandervoort, cette Jeep est visible sur les p013258 et p013259

Ce sont des paras du 2/505th PIR de la 82nd US Airborne avec leur commandant avec la béquille le Lt-Col. Benjamin Vandervoort.

En bas à droite accroupi Robert Capa en train de changer la pellicule de son appareil photo.

Voir ici photo de Capa certainement à cet endroit:

Saint-Sauveur-le-Vicomte p013283

Remarquez également un para sortant de la maison avec un porte-carte à la main, le même photographié par Capa ?

Saint-Sauveur-le-Vicomte

Et deux photos du Lt-Col. Benjamin Vandervoort :
Montage de deux photos du Lt-Col. Benjamin Vandervoort à Saint-Sauveur-le-Vicomte

Les photos de Capa permettent de dater la photo : le 16 juin, la libération officielle étant le 17 juin.

Capa utilisait soit un Contax soit un Rolleiflex 6X6.

***

Le Conseil Régional de Basse-Normandie et les archives nationales des Etats-Unis et du Canada ont contribué plusieurs milliers de photos. Cela représente un travail titanesque. Dès l’origine, le projet a donc été fondé sur le recours au crowdsourcing pour permettre de traiter tous ces documents.

Patrick Pecatte a pourtant souligné combien le modèle employé par PhotosNormandie diffère de celui des folksonomies ou de celui de Wikipédia : pour PhotosNormandie, les textes et les légendes sont rédigés par une seule personne qui synthétise les contributions des internautes dans un même texte. Il y a donc modération a priori par une personne investie d’une forme d’autorité, et la rédaction se fait de manière itérative, par raffinements successifs. Pourtant, la dynamique des contributions paraît remarquablement similaire à celle de Wikipédia : les participants forment un groupe relativement stable et resserré, très impliqué, par exemple pour des raisons géographiques ou personnelles. Il y a probablement quelques universitaires à la retraite dans le lot, mais il semble que ce soit très minoritaire.

C’est notamment grâce à ces contributeurs qu’on peut connaître le nom d’un soldat dont le visage revient sur plusieurs photos, ou qu’on peut identifier un lieu représenté sur un cliché lorsque l’on sait que la légende est fausse mais qu’on peine à retrouver le point où la photo a été prise.

***

En plus du facteur ‘Wow’, cette présentation m’a fasciné parce que les problèmes soulevés rappellent les modalités de mon travail de thèse : on retrouve la question de la distance historique, de nos difficultés à conceptualiser et à traiter des objets trop neufs techniquement, les liens complexes et difficiles à expliciter entre des contenus à la fois liés et disparates. Cet archivage qui casse le document, c’est celui des documentalistes d’après-guerre encombrés par les photos et les films, mais c’est aussi notre manière d’enregistrer le web page à page, en le nettoyant et en le faisant rentrer dans les cases que nous connaissons déjà.

On voit au moins que si l’événement ou l’objet est suffisamment important, l’effort d’archivistique et de redocumentarisation peut être entrepris. En soi, c’est déjà un réconfort : on peut reconstituer du sens à partir de traces lacunaires, fragmentées et mal étiquetées.

Le travail remarquable entrepris par le projet PhotosNormandie montre aussi et surtout qu’avec la meilleure volonté du monde, on ne peut pas constituer d’archive parfaite a priori. D’une part, parce que l’archivage reste un processus étonnamment concret, soumis à des aléas et à des externalités imprévisibles, non maîtrisables — ce qu’on a tendance à oublier dès qu’on parle de documents numériques. Leur reproductibilité immédiate, gratuite et à l’infini nous pousse à nous représenter les fichiers comme immuables et pérennes. A un moment, pourtant, il faudra bien se poser la question de la pratique.

D’autre part, parce que l’archivage est aussi un processus conceptuel, qui nécessite une réflexion et des choix. Dans le cas du web, le fait de rester sur un même support (l’ordinateur) nous pousse à oublier la différence entre le fichier et l’archive. On imagine trop facilement que le cache de notre navigateur est une archive du web. Nous peinons à retrouver le sens, la problématisation, l’ordre — ce qui distingue une archive d’un entrepôt de paperasse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.