Traces : La page

La page web n’est vraiment pas un objet idéal. On est bien d’accord. Je comprends tout à fait ce qu’il y a d’ennuyeux à la variabilité de la page, à son instabilité. Il y a la publicité, et plus généralement tout le contenu qui s’affiche sur la base des divers cookies présents dans notre navigateur. On en est au point où les résultats de Google changent en fonction de notre position géographique, voire de nos recherches précédentes (si on est loggé à son compte gmail, par exemple). Il devient impossible d’obtenir les mêmes résultats à la même requête même lorsqu’on effectue les deux requêtes en même temps.

Certains y voient un danger, une fragmentation qui rendrait le web incontrôlable et inconnaissable, voire mensonger. Je crois que c’est méconnaître le web en plaquant sur lui des modèles inadaptés. Penserait-on à se plaindre de ce que la réalité nécessite des médiations, des instruments et des objectivations pour être connaissable ?1

A première vue, la solution paraît devoir être de retrouver de l’invariant :

L’idée sous-jacente est que la réponse permettra de traiter la tendance extrêmement répandue à présenter des ressources documentaires (au sens traditionnel) dans un « enrobage » d’informations périphériques volatiles, comme des commentaires des lecteurs, des nuages de tags, de la publicité, des fils de nouvelles, etc. (et de ne publier ces ressources documentaires que sous cette forme, et jamais dans une forme « épurée », dénudée de tout enrobage). Nous voulons pouvoir mettre en évidence que, dans des réponses différentes mais ne variant que par l’enrobage, peut se cacher un noyau « documentaire » constant digne d’intérêt.

Roger II Pédauque, Le Web sous tensions

En opérant ce nettoyage – et peu importe qu’il soit conceptuel ou technique – on veut mettre au jour un “noyau documentaire” épuré et enfin redevenu stable. Il s’agit en fait de revenir au niveau supérieur, c’est-à-dire de retrouver la ressource qui a servi à constituer la page.

La ressource

Le nettoyage propose de retrouver la ressource derrière la page pour se pencher enfin sur un objet propre, digne, symétrique. C’est efficace, parce que ça permet de contourner les difficultés posées par la page web en tant qu’objet. Mais dans le même temps, le nettoyage recrée artificiellement le net ordonné et cohérent que les tenants du web sémantique, par exemple, ont en tête — vision qui, pour toute sa complexité technique, n’est finalement pas très éloignée des ‘bibliothèques universelles’ que l’avenir nous promettait, dans les années 90.

Cette manière de voir n’est pas sans poser quelques problèmes. J’ai par exemple assisté en avril dernier une présentation au DLWeb, où l’orateur s’interdisait littéralement de parler de page : ‘il n’y a pas de page sur le web, il y a des ressources dont nous ne percevons que l’ombre portée, du fond de notre caverne’. Evidemment c’était un peu difficile à tenir : le mot “page” finissait par lui échapper, et il devait se reprendre pour rester cohérent. Il y avait à l’oeuvre la force de l’habitude, oui, mais aussi le fait que le net se présente à nous sous forme de pages, qu’on le veuille ou non.

Il me semble qu’en se focalisant sur la ressource qui serait ‘enrobée’ de parasites négligeables, on vide le net de ses irrégularités, ses aspérités, c’est-à-dire les stigmates de son processus de construction (spontané, décentralisé, parfois erratique) — en somme ce qui fait de lui le net, par contraste avec tout autre média. Nettoyage c’est un bon terme parce que le net est sale, informe, décidément pas présentable — mais c’est comme ça qu’il faut l’accepter. Il n’y a pas de net propre et pur qui serait caché quelque part en dessous.

Le théâtre

Je propose une analogie. Si on va au théâtre voir la même pièce plusieurs soirs d’affilée, on constatera immanquablement des variations entre les représentations. La pièce est la même, les acteurs sont les mêmes, la mise en scène est la même, mais les représentations varient néanmoins. On peut en parler avec d’autres spectateurs qui sont venus à des moments différents, et chacun sera d’accord pour dire qu’il a vu la même pièce que les autres. Au milieu de tout ça, imaginons un monsieur qui est là chaque soir avec un petit calepin, essayant désespérément de prendre en note l’intégralité de la pièce, de démêler le texte de ce qui est une légère improvisation, de lisser les variations dues au hasard, et de séparer entre la vision du metteur en scène et ce qui se trouve écrit dans les didascalies.

Au bout d’un certain temps et au prix de beaucoup d’efforts, ce monsieur aura sans doute reconstitué le texte de la pièce avec un degré d’exactitude raisonnable. Oui. Par contre je pense qu’il sera passé à côté de ce qui se jouait sous ses yeux. Il aura retrouvé le texte de la pièce, mais pour y parvenir il aura dû ignorer la mise en scène, le jeu des acteurs, les décors, etc., en se focalisant uniquement sur le texte. Pour l’avoir vue 100 fois, il sera tout de même passé à côté de la pièce.

Même si c’est difficile, même si c’est inhabituel, même si c’est déstabilisant, je crois que nous ne pouvons pas éviter de penser le net comme un ensemble d’objets complexes, instables. Nous devons nous confronter à la page, sans nous rabattre automatiquement sur le niveau que nous comprenons mieux parce qu’il paraît mieux ‘calculable’ (la ressource).

L’instanciation

La ressource n’est pas le net tant qu’elle ne se manifeste pas sous forme de page. En elle-même, la ressource ne fait pas sens : elle est effectivement une somme d’inscriptions numériques arbitraires, du binaire. C’est bien par la page que le net se donne à voir, et si c’est tout ce que nous pouvons en voir, ainsi soit-il. Je propose donc de parler d’instanciation : chaque page vue est une instanciation de la ressource. Le web est la ressource instanciée, dans toutes ses instances à la fois. La ressource telle qu’on peut la voir dans les instances, les instances en tant que projections de la ressource.

En d’autres termes, la page est tout ce que nous voyons du web, sa manifestation. Elle n’est pas le web en soi, ni un artefact qui masquerait la véritable ressource. Elle est une instance de la ressource, et elle doit être manipulée en tenant compte de ses propriétés : la page est instable, et elle ne sera toujours qu’une représentation partielle, un échantillon de l’infinité d’instances susceptibles de naître d’une même ressource.

Cette indécidabilité est constitutive du web. Chercher à le réduire à une belle arborescence de documents linéaires me rappelle nos grands parents lorsqu’ils impriment leurs e-mails.

  1. Plus profondément, ce n’est pas la faute de Google si nous en sommes venus à nous reposer sur lui, à concevoir nos outils autour de fonctionnalités que nous tenions pour acquises. Google ne nous doit rien, et il n’est certainement pas responsable de la situation de dépendance dans laquelle nous nous trouvons. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.