Traces : l’auteur

Lors d’une séance des ateliers DLWeb de l’INA, j’ai pu entendre une présentation de Bruno Bachimont sur la notion de trace numérique1 . J’ai été piqué par cette présentation : j’avais des objections, mais il était difficile de ne pas être conquis par la puissance rhétorique déployée. Il était manifeste que j’avais sous les yeux des réflexions ambitieuses, fortes, fécondes.

Pour aller un peu plus loin, je suis allé lire le dernier livre de Bruno Bachimont, et j’y ai – logiquement – retrouvé la même idée, à savoir que tout ce qui est numérisé devient une trace binaire vide de sens (il dit « anonyme ») tant qu’elle n’est pas interprétée :

« – fragmentation / recombinaison : puisque le numérique repose sur la discrétisation et la manipulation, il en résulte que toute réalité touchée par le numérique sera réduite en unités vides de sens sur lesquelles des règles formelles de manipulation seront appliquées. La discrétisation fragmente la réalité considérée, la manipulation la recombine, fragmentation et recombinaison se faisant de manière arbitraire par rapport à la nature de la réalité considérée, à son sens ou à sa signification. Les unités auxquelles aboutit la discrétisation, les entités reconstruites par la recombinaison sont définies de manière totalement arbitraire par rapport à la nature des contenus considérés ;

– désémantisation / ré-interprétation : de même, la discrétisation implique une rupture avec la sémantique propre aux contenus manipulés. Il en résulte donc une désémantisation, une perte de sens, qu’il faudra gérer à travers un processus de re-sémantisation explicitement assumé. Sinon, la numérisation, comme on le voit très souvent aujourd’hui, est vécue comme une perte de sens, une montée de l’arbitraire technicien, au lieu d’être appréhendée comme la source de nouvelles possibilités techniques »

Bruno Bachimont, Le sens de la technique : le numérique et le calcul, p. 160

Ma première objection est très simple. Analyser les objets numériques uniquement en termes de bits, c’est comme analyser les livres en termes de cellulose et d’encre et de reliure. L’arbitraire du binaire est là, mais il n’est pas pire que celui de l’écriture, et même s’il est très intéressant de l’interroger, je ne vois pas pourquoi il faudrait s’en tenir là.

Plus profondément, ce qui m’ennuie dans le fait de parler indistinctement de trace pour désigner toute représentation informatique, c’est l’aplatissement conceptuel qui a lieu : en ramenant tout à l’enregistrement numérique, aux bits, on considère ensemble et indistinctement les logs enregistrés par les serveurs et les messages laissés par les visiteurs d’un forum (par exemple). C’est ignorer l’intention de celui qui produit la trace informatique, et tout ramener à une vision mécaniste des choses.

Or on est bien l’auteur du message, mais pas celui de l’enregistrement dans le log. Il faut donc établir une distinction entre la trace (le sous-produit) et la production (le produit).

Malheureusement, une fois qu’on a dit ça, on a crée plus d’interrogations nouvelles qu’on n’en a résolu – car si on est indiscutablement l’auteur d’un post de forum, qu’en est-il d’un tweet ? A l’extrême, est-on l’auteur d’un like Facebook ? – quand il ne reste que l’intention, seulement matérialisée par le clic.

Le complexe du trouveur

Après une période d’expérimentation dans les années 2000, les blogs se sont stabilisés : ils s’inscrivent d’eux-mêmes dans des grandes catégories à peu près établies (politique, gadgets, mode / beauté, famille, etc. Se reporter à la taxonomie de Wikio par exemple). Dans tous les domaines fleurissent des blogs de veille ou de curation, où on trouve le même type de contenus courts, digestes, et avec pratiquement pas de contenu original.

L’exemple typique est une citation d’un contenu externe, rapidement commentée et mise en situation, avec un lien vers le site d’origine. Du « lien qualifié », comme j’ai pu l’entendre. Le blogueur/veilleur/curator, en sélectionnant des informations pertinentes pour ses lecteurs, apporte clairement quelque chose – il a crée de la valeur pour son lectorat. Pourtant ce qu’il a créé n’est pas un nouveau document, d’après les standards habituels : l’écrasante majorité du contenu provient d’ailleurs, et sa contribution propre n’est pas sémantiquement autonome. C’est une forme de glose.

reddit est un site spécifiquement conçu pour le partage de ces « liens qualifiés »2 . Un des phénomènes les plus distinctifs et les plus curieux sur reddit est le recours quasi systématique à des captures d’écran hébergées sur le site de partage de photos imgur : le consensus est qu’il vaut mieux composer une image avec ce qu’on veut montrer, l’uploader sur imgur et utiliser ça comme lien.

Pourquoi ? La question revient assez souvent, et les raisons invoquées sont multiples – parmi celles que j’ai lues le plus souvent :

  • Parce qu’imgur a la bande passante nécessaire pour éviter que l’afflux de traffic provoqué par reddit n’entraîne la mise hors ligne du site (caching pour prévenir une forme d’effet slashdot.)
  • Parce que ça permet de résumer un parcours de navigation complexe en un seul lien (voire d’entourer / surligner / mettre en évidence ce qu’on veut montrer), c’est-à-dire de redocumentariser.
  • Parce que c’est un aplatissement, une réduction de tous les médias du web (et de la viandosphère – penser aux photos de coupures de presse) à une forme commune, dont les contraintes sont comprises et admises par l’ensemble de la communauté. Comme on le verra plus bas, cela facilite et encourage le mash-up et la création incrémentale.
  • Parce que ça permet de figer la page pour la montrer telle qu’on l’a vue, en se prémunissant contre les disparitions et les modifications éventuelles3
  • Enfin parce que ça « évite de donner des hits » (c’est-à-dire des revenus publicitaires, en dernière analyse) aux sites qu’on veut dénoncer ; encore une fois, il s’agit de compenser les effets de bord liés à l’exposition subite à un public très large.

Néanmoins, cette pratique n’a pas que des avantages. Deux objections reviennent fréquemment :

  • l’upload sur imgur conduit à des url non signifiantes, et donc à une infinité de doublons. Ces reposts de contenus identiques sont très mal vus : ils nuisent à la qualité générale de reddit, et ils sont vus comme une sorte d’appropriation indue du travail du ‘trouveur’ du lien d’origine.
  • l’upload sur imgur efface le lien entre le contenu et ses auteur / lieu / contexte de publication originels. Privé de son contexte, le contenu du lien perd de son sens, et le travail n’est plus attribué à l’auteur. Le trouveur / curator devient est seul à être crédité, et devient donc, par droit de conquête, l’auteur principal, au détriment de l’auteur réel.

Constatons que ces deux problèmes ne sont pas d’ordre technique. Ils tiennent à notre conception de la propriété intellectuelle, en particulier de la place que nous accordons à l’auteur.

Mash-up & production incrémentale

La combinaison de ces quelques particularités a donné naissance à une culture de la réappropriation, dont les webcomics sont l’exemple le plus parlant :

Dans la petite BD ci-dessus, les deux premières cases sont de Pénélope Bagieu, et la troisième a été rajoutée par un anonyme pour moquer les règles de sécurité des aéroports américains. L’ensemble a été reposté sur reddit sans la moindre mention d’auteur – ni l’auteur d’origine, ni celui qui a ajouté la dernière case.

Un exemple encore plus étonnant :

Ici, l’auteur se met en scène découvrant son propre travail reposté sans mention de la provenance. Sa première réaction est de regretter qu’on ne l’ait pas cité. Il découvre bientôt que non content de reposter sa BD, ses lecteurs l’ont étendue et partiellement réécrite. Il constate que le résultat est supérieur à sa production d’origine. Il ne sent plus le droit de revendiquer la paternité de l’oeuvre.

Demander « Qui est l’auteur de cette BD ? » revient à demander « Qui est l’auteur de cet article de Wikipédia ? ». Il n’y a pas de réponse univoque, parce que la question passe à côté du problème.

  1. Les slides sont consultables sur le blog du DLWeb. []
  2. Il se trouve qu’on y papote aussi beaucoup, mais ce n’était pas l’objectif d’origine. []
  3. Modifier subrepticement un contenu après qu’il a été vu, surtout en réponse à des critiques, est une pratique relativement courante mais extrêmement mal vue. On parle de ninja edit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *